Freitag, 30. Dezember 2016

Trois raisons pour lesquelles je fais un nettoyage de fin d'année au lieu d'un nettoyage de printemps

La dernière semaine de l'année s'avère être idéale pour libérer l'ensemble de l'appartement ou de la maison de ce qui est vieux. Cela me procure un sentiment de liberté et de propreté et crée de l'espace pour de nouvelles choses. J'ai commencé à faire mon nettoyage en fin d'année puisque j'oubliais toujours de le faire au printemps. Lorsque j'ai commencé à entretenir des liens soutenus avec la culture japonaise, j'ai appris qu'au Japon, on nettoie également à la fin de l'année. J'ai alors eu un déclic à propos de ma satisfaction quant à mon nettoyage de fin d'année au lieu du nettoyage de printemps imposé qui ne me procure aucun plaisir.

Au Japon, le nettoyage de fin d'année s'appelle « Osouji ».

Au cours de l'époque d'Edo (1603-1868), ce rituel de nettoyage a été instauré au château de Tokyo (alors d'Edo). Les gens ont ensuite imité ce rituel et ont également pensé que le nettoyage de fin d'année était un rituel de purification.

De nos jours, il commence le 13 décembre. Partout au Japon, les sanctuaires shintoïstes sont nettoyés de fond en comble, rénovés et ce qui est défectueux est jeté.


Prenez le temps maintenant !
Entre Noël et le Nouvel An, la plupart des gens ont des vacances. Vous profitez de bons moments passés avec votre famille et vos amis. J'aime également passer du temps avec des amis et avec les membres de ma famille. En outre, je prends le temps d'organiser des documents rassemblés en vue de la prochaine déclaration de revenus. De plus, je consulte les articles que j'ai rassemblés afin de décider si je les lis toujours ou si je peux en disposer. Qui plus est, je m'occupe des questions ou des problèmes en suspens. Y a-t-il encore des tâches que je dois effectuer cette année ? Le tri et l'organisation me procurent ...

… un sentiment de liberté qui traverse mon corps.
Par l'entremise du rangement, un nouvel espace commence à se créer en moi. J'abandonne ce qui est vieux pour faire place à ce qui est nouveau. C'est comme si j'avais plus de place dans mon bureau et à la maison. En outre, ma flexibilité est stimulée et ma créativité fait le plein d'énergie. Je vais également déposer, conformément à la collecte, le verre, les canettes, les bouteilles en PET et le papier collectés.

Considérer le nettoyage comme un rituel énergétique.
Au cours des dernières années, j'ai commencé à effectuer simultanément un nettoyage énergique pendant le nettoyage de fin d'année. Je lâche prise et abandonne ce qui est vieux, non seulement dans le sens de la poussière ou de la saleté. Non, les pensées et les sentiments de l'année écoulée y passent également. Je les laisse aller consciemment. C'est ainsi que je peux faire place aux points positifs de la nouvelle année. Pendant le nettoyage, et plus spécialement le 31 décembre, je purifie notre appartement. Les anciennes énergies disparaissent en fumée et les nouveaux parfums et les nouvelles énergies les remplacent.
 
Voici les conseils que je vous donne quant au mélange d'encens naturel que je vais utiliser :
  • de la myrrhe
  • du gui
  • de la reine-des-prés


Ce mélange apportera l'harmonie en 2016, vous aidera pendant la phase de transition de l'ancienne à la nouvelle année, vous donnera de la force pour un nouveau départ et favorisera la guérison des plaies.


Je vous souhaite beaucoup de succès en cette fin d'année, ainsi qu'un début de nouvelle année des plus enrichissants.

Mittwoch, 28. Dezember 2016

3 Gründe, warum ich eine Endjahres- statt einer Frühlingsreinigung tätige

Die Altjahrswoche eignet sich ausgezeichnet, um die ganze Wohnung oder das Haus von Altem zu befreien. Das gibt mir ein Gefühl von Freiheit, Sauberkeit und es schafft Platz für Neues. Mit der Endjahresreinigung habe ich angefangen, weil ich diese im Frühling immer verpasste. Als ich begann, mich mit der japanischen Kultur zu befassen, erfuhr ich, dass in Japan auch Ende des Jahres geputzt wird. Mir ging ein kleines Licht auf, warum mich meine Endjahresreinigung mehr befriedigte, als die aufgezwungene im Frühling, welche mir keine Freude bereitete.

In Japan wird die Endjahresreinigung O-Souji genannt.

Während der Edo-Periode (1603-1868) wurde dieses Reinigungsritual im Schloss von Tokyo (damals Edo) eingeführt. Die Menschen ahmten dies nach und glaubten auch, dass die Endjahresreinigung auch ein Reinigungsritual darstelle.

Heute startet sie am 13. Dezember. Die Shinto-Schreine werden in ganz Japan bis ins kleinste Detail geputzt, erneuert oder Defektes wird entsorgt.


Jetzt sich die Zeit nehmen!
Zwischen Weihnachten und Neujahr haben die meisten Menschen Urlaub. Sie geniessen die Zeit mit der Familie und Freunden. Auch ich geniesse die Zeit mit Freunden und meiner Familie. Zusätzlich nehme ich mir die Zeit, gesammelte Belege für die nächste Steuererklärung abzulegen. Zusätzlich schaue ich gesammelte Artikel an, ob ich sie noch lese oder sie entsorgen kann. Zusätzlich sortiere ich Pendenzen. Gibt es etwas, was ich noch in diesem Jahr erledigen muss? Mit dem Sortieren und Trennen erhalte ich …

… ein Gefühl von Freiheit, welches sich in meinem Körper ausbreitet.
Mit dem Aufräumen beginnt sich neuer Platz in mir zu kreieren. Altes lasse ich los und Neues wird seinen Platz finden. Es ist als ob ich mehr Platz in meinem Büro und zu Hause habe. Zusätzlich wird meine Flexibilität gefördert und meine Kreativität erhält neue Energie. Ich bringe ebenfalls das gesammelte Glas, die Dosen, Pet-Flaschen sowie das Papier in die entsprechenden Sammlungen.

Die Reinigung als energetisches Ritual sehen.
In den vergangenen Jahren habe ich angefangen, während der Endjahresreinigung gleichzeitig eine energetische Reinigung vorzunehmen. Ich lasse Altes los, nicht nur im Sinn des Staubes oder Schmutzes. Nein, auch Gedanken und Gefühle des vergangenen Jahres. Ich lasse bewusst los. So kann ich dem Positiven vom neuen Jahr Platz geben. Während des Putzens und speziell am 31. Dezember räuchere ich unsere Wohnung aus. Alte Energien lösen sich im Rauch auf und die neuen Düfte und Energien erhalten ihren Platz.

 
Hier mein Tipp für dich, welche Räuchermischung ich verwenden werde:
  • Myrrhe
  • Mistelkraut
  • Mädesüss


Diese Kombination bringt die Harmonie für 2016, unterstützt dich in der Übergangsphase vom alten ins neue Jahr, gibt dir Kraft für den Neubeginn und fördert die Heilung von Wunden.


Ich wünsche dir beim Abschluss des Jahres viel Erfolg und für das neue einen bereichernden Start.

Freitag, 23. Dezember 2016

Pourquoi suis-je si ambitieuse ? Parce que je suis ainsi.

Bon nombre d'entre vous me connaissent et connaissent mon expérience avec le Japon.  Cependant, vous vous demandez pourquoi je m'intéresse autant au Japon, et en particulier à sa cuisine. Quand j'étais adolescente et que le temps est venu de choisir une carrière, j'ai cherché des renseignements sur tout ce qu'il y avait à savoir sur les carrières. J'ai lu à propos de la formation en tant que chef et j'ai tout de suite su que je voulais pratiquer ce métier.  Ma mère a organisé mon premier stage d'expérience en milieu de travail à l'hôtel de sa cousine à Arosa. Pendant len vacances de printemps, j'ai été en mesure d'aider dans les cuisines de l'Hôtel Hold, où j'ai préparé mes premières salades et mes premiers desserts. Ça m'a beaucoup plu. Une fois, on m'a demandé de créer une nouvelle salade de fruits. J'ai coupé les fruits en petits morceaux et je les ai présentés dans un grand vase ou un grand bol.  Au final, je me suis demandée quelle couleur pourrait encore s'y marier. J'ai jeté un coup d'oeil autour de la cuisne froide et j'ai vu des tomates rouges. Je me suis dit : « C'est précisément la couleur qui manque! ». Et j'en ai coupé quelques unes. J'étais fière d'avoir pu moi-même créer la salade de fruits.
Au dîner, la toute nouvelle salade de fruits a été servie à un invité, mais il n'a pas été très satisfait de mes tomates en salade de fruits. Heureusement, elles n'ont pas modifié le goût des autres fruits, de sorte que les morceaux de tomates ont pu être retirés. À l'époque, c'était une situation particulière, et quand nous en parlons aujourd'hui, cela nous fait sourire.

Pendant ma formation en tant que chef, je n'ai pas vécu de telles expériences dans la cuisine. Par contre, dans mon temps libre, oui. A cette époque, je faisais partie d'une équipe sportive féminine. En hiver, nous allions parfois au sauna, qui était séparé selon les genres. Le bain de vapeur était cependant mixte. Nous y sommes entrées et j'y ai rencontré un homme qui donnait des séminaires culinaires et vinicoles spéciaux au restaurant où je faisais ma formation. Cette situation étrange m'a bien appris que nous, les humains, pouvons nous rencontrer partout. 

Pendant ma formation, j'ai réalisé qu'un jour j'allais avoir ma propre entreprise. Cependant, je savais que ce ne serait pas un restaurnat comme nous les connaissons.
Car dans une telle situation, la surface est souvent trop grande pour être en mesure de payer le loyer et les employés.
Bien que j'aie changé ma profession pendant quelques années, mon cœur est toujours resté dans la cuisine. Peu importe où mon destin me menait, je prenais des photos de mes plats.

Lorsque j'ai fait mon premier voyage au Japon à l'automne 2006, j'ai été profondément touchée. Mon âme s'est enfin sentie « chez soi ». De retour en Suisse, j'ai commencé à préparer des sushis. J'ai donné mon premier cours de cuisine à des collègues lors de ma période de formation. J'ai ensuite pensé à l'endroit et à la manière que je donnerais des cours. Les premiers ont eu lieu chez moi, mais j'ai senti que ce n'était plus l'endroit idéal.  Grâce à mon réseau, j'ai pu louer chez un collègue. Il s'agissait d'un appartement de deux pièces avec une cuisine. C'est là que j'ai donné mes cours de cuisine japonaise. Mon offre a pris de l'essor. On m'a par contre annoncé au printemps 2015 que je devais déménager à la fin de l'année. J'ai décidé de le faire le plus rapidement possible et j'ai ensuite commencé la réorganisation de mes cours de cuisine japonaise.

Mes voyages quasi annuels au Japon sont liés non seulement à la culture mais aussi à la cuisine japonaise. A l'automne 2004, j'ai commencé à suivre la voie de l'art martial de l'aïkido. En 2011, lorsque j'ai obtenu mon deuxième dan (ceinture noire), j'ai écrit mon livret au sujet de l'aïkido. Aujourd'hui, il est disponible uniquement par mon entremise pusque l'éditeur a fini de vendre toutes ses copies au printemps de cette année. J'ai commandé tous mes livrets au début de l'année pour moi. Mon livret d'aïkido est disponible uniquement en allemand.

Mittwoch, 21. Dezember 2016

Warum ich so zielstrebig bin? Ganz einfach ich.

Mitte November veröffentlichte Karin Wess ihren Artikel "Ganz einfach ich"
Obwohl sie keine Blog-Parade plante, wurde aus diesem Artikel einen. Hier kannst du diesen von Karin lesen. LINK

Warum ich so zielstrebig bin? Ganz einfach ich.

Vieles hast du über mich und mein Japan erfahren. Doch hast du dich gefragt, warum ich mich so für Japan interessiere und insbesondere die Küche? Als ich im Teenageralter war und es um die Berufswahl ging, informierte ich mich, was es alles für Berufe gibt. Ich las etwas über die Ausbildung zum Koch und ich wusste, diesen Beruf will ich erlenen. Meine Mutter organisierte meine erste Schnupperlehre im Hotel ihrer Cousine in Arosa. Während den Frühlingsferien durfte ich im Hotel Hold in der Küche mithelfen und sogar erste Salate und Desserts anrichten. Es gefiel mir sehr. Einmal wurde ich beauftragt einen neuen Fruchtsalat herzustellen. Ich schnitt die Früchte klein und gab sie in das grosse Gefäss oder die grosse Schüssel. Zum Schluss fragte ich mich, welche Farbe würde noch passen? Ich schaute mich in der kalten Küche um und sah die roten Tomaten. Ich sagte zu mir: „Genau diese Farbe fehlt noch!“ und schnitt ein paar. Ich war stolz, dass ich den Fruchtsalat selber kreieren durfte.
Abends wurde der erste neue Fruchtsalat an einen Gast serviert, doch er war nicht begeistert über meine Tomaten im Fruchtsalat. Glücklicherweise veränderten sie den Geschmack der anderen Früchte nicht, so dass die Tomatenstückchen herausgenommen werden konnten. Damals war es für alle eine eigenartige Situation, wenn wir heute darüber sprechen, müssen wir schmunzeln.

Während meiner Ausbildung zum Koch hatte ich keine solchen Erlebnisse in der Küche. Jedoch in meiner Freizeit. Damals war ich in einer Damenriege. Im Winter gingen wir manchmal in die Sauna, welche nach Geschlechtern getrennt war. Doch das Dampfbad war gemischt. Wir gingen rein und drinnen traf ich einen Mann, welcher im Restaurant, in dem ich meine Ausbildung machte, spezielle Essens- und Weinseminare gab. Diese eigenartige Situation zeigte mir, dass wir Menschen überall treffen können.

Während meiner Ausbildung realisierte ich, dass ich eines Tages mein eigenes Geschäft haben werde. Doch ein Restaurant wie wir es kennen wird es nicht sein. Denn in einem solchen ist häufig die Fläche zu gross, um den Mietzins und die Angestellten bezahlen zu können.

Obwohl ich einige Jahre meinem Beruf den Rücken zukehrte, blieb mein Herz immer in der Küche. Egal wohin meine Reise mich führte, machte ich Bilder von meinen Tellern.

Als ich im Herbst 2006 meine erste Reise nach Japan unternahm, wurde ich zutiefst berührt. Meine Seele fühlte sich endlich zu Hause. Wieder in der Schweiz begann ich Sushi zuzubereiten. Den ersten Kochkurs gab ich erst aufs Schubsen eines Kollegen aus der Ausbildungszeit. Ich machte mir Gedanken, wie und wo ich den Kurs geben könnte. Die ersten waren noch bei mir zu Hause, doch ich spürte, dass dies nicht mehr der richtige Ort war. Dank meines Netzwerkes konnte ich mich bei einem Kollegen einmieten. Dies war eine 2-Zimmer-Wohnung mit einer Küche. In dieser gab ich fortan meine japanischen Kochkurse. Mein Angebot erweiterte sich. Doch im Frühling 2015 wurde mir mitgeteilt, dass ich auf Ende Jahr ausziehen müsse. Ich entschied mich, dies sobald als möglich zu machen und begann danach mit der Reorganisation meiner japanischen Kochkurse.



Meine fast jährlichen Japan-Reisen hängen nicht nur mit der Kultur und der japanischen Küche zusammen. Im Herbst 2004 begann mein Weg in der Kampfkunst AIKIDO. Als ich 2011 den zweiten Dan (Schwarzgürtel) erhielt, schrieb ich mein Aikido-Booklet. Heute ist es nur noch über mich erhältlich, weil der Verlag im Frühling diesen Jahres verkauft wurde. Ich bestellte all meine Booklets anfangs des Jahres zu mir. Die Unternehmerin Chantal Perrinjaquet erwähnt mein Aikido-Booklet in ihrem aktuellen Blog-Artikel. 4 Gründe, warum es für die Unternehmerin eine riesige Leistung ist, ein Buch in den Handel zu bringen … LINK

Samstag, 17. Dezember 2016

Qu'est-ce qu'un bōnenkai ? Explication en trois parties.

En plus de la planification et de la préparation pour la nouvelle année, nous organisons également de nombreuses fêtes de Noël en entreprise. Au Japon, aucune fête de Noël n'est organisée. Néanmoins, il y a des fêtes de fin d'année au travail tout aussi bien qu'entre amis et membres de la famille.

Ces célébrations sont des bōnenkai. Une simple traduction de ce mot correspond à une fête de fin d'année. Par contre, le sens est plus profond, comme dans le cas de nombreux évènements et activités qui ont lieu au Japon.

Le mot bōnenkai se compose de trois caractères.

忘年会 ぼうねんかいbōnenkai

- ぼう – bou – oublier
Une année se compose de nombreuses expériences. Elles sont soit positives ou négatives. Certaines années sont plus évocatrices ou émouvantes que d'autres. Les gens qui s'affaire à la médiation se rapprochent et des thèmes qui n'étaient plus présents peuvent émerger. D'autres traversent des expériences extrêmement éprouvantes qui transforment leurs vies. Il peut s'agir d'un accident, d'une séparation brusque ou encore d'un diagnostic de cancer. Lorsque l'on parle d'oublier, il s'avère important de réfléchir à l'expérience. En réfléchissant, il est important de tirer les leçons de l'expérience. Ensuite, il faut écrire ces dernières et le reste peut ensuite être oublié.  Ainsi donc, on peut redémarrer lors de la nouvelle année. 


- ねん – nen – année
Au Japon, une année ne correspond pas uniquement à une année civile mais aussi aux années des animaux selon l'astrologie chinoise. Ces dernières influencent notre être. L'année 2016 était l'année du singe, accompagnée de l'élément feu. L'élément influence également nos vies. Nous pouvons nous sentir soutenus.
Selon le domaine au sein duquel je travaille, le facteur économique peut aussi avoir un impact. Néanmoins, celui-ci est essentiellement important pour chaque individu. Pourquoi ? Puisque cette influence sera contrôlée par mes pensées.


- かい–kai– rassemblement 
Les évènements professionnels ou les évènements de club ont lieu vers la fin de l'année. Il s'agit d'un évènement unique et on y fait la fête. Au Japon, ces réunions doivent offrir quelque chose aux employés. De façon générale, on y sert également de bonnes choses à manger et à boire.


La tradition bōnenkai remonte au 15ème siècle. Au cours de l'époque de Muromachi, les premières célébrations bōnenkai ont fait leurs débuts sous forme de gratitude et de rencontre.


En tant qu'entrepreneure individuelle, je n'organise pas de bōnenkai. Mais à notre dōjō d'aïkido, nous en organisons un. En plus des collations maison et des boissons apportées par tous les aïkidokas, il y aura une petite démonstration pour les invités présents.

Voici la démonstration de l'année dernière ainsi que quelques photos :



Mittwoch, 14. Dezember 2016

Was ist Bounenkai? Erklärung in drei Akten.

Bei uns werden Ende des Jahres, neben der Planung und Vorbereitung des neuen Jahres, auch zahlreiche Firmenweihnachtsfeiern organisiert. In Japan werden keine Weihnachtfeiern organisiert. Trotzdem haben sie von der Arbeit wie auch im Privaten einige Endjahresfeiern.

Diese nennen sich Bounenkai. Die einfache Übersetzung dieses Wortes ist Endjahresfeier. Doch die Bedeutung geht tiefer, wie bei vielen Events und Tätigkeiten in Japan.

Das Wort Bounenkai besteht aus drei Schriftzeichen.

忘年 - ぼうねんかい – bounenkai

- ぼう – bou – Vergessen
Ein Jahr besteht aus vielen Erlebnissen. Sie sind positiv wie auch negativ. Manche Jahre sind bewegender als andere. Wer sich durch Meditation mit sich beschäftigt, begegnet sich näher und Themen können auftauchen, welche einem nicht mehr präsent waren. Andere erleben durch extreme Erlebnisse Hinweise darauf, ihr Leben zu verändern. Das kann ein Unfall, eine plötzliche Trennung oder eine Krebsdiagnose sein.
Beim Vergessen geht es meiner Meinung nach darum, dass das Erlebte reflektiert wird. Beim Reflektieren ist es wichtig, die Lehre aus dem Erlebten zu ziehen. Danach gilt es, diese aufzuschreiben und der Rest darf vergessen werden. So kann ich neu in das neue Jahr starten.


- ねん – nen – Jahr 
Ein Jahr besteht in Japan nicht nur aus der Jahreszahl, sondern auch dem Jahrestier aus der Chinesischen Astrologie. Dieses nimmt Einflüsse auf unser Sein. Im 2016 hatten wir das Jahr des Affen in Begleitung des Elementes Feuer. So hat auch das Jahreselement einen Einfluss auf unser Leben. Wir können uns unterstützt fühlen.
Je nachdem in welcher Branche ich arbeite, kann der Wirtschaftsfaktor auch einen Einfluss haben. Trotzdem ist genau dieser nur bedingt wichtig für die einzelne Person. Warum? Weil dieser Einfluss von meinen Gedanken gesteuert wird.


- かい – kai – Versammlung
Der Firmenanlass oder der Club-Event findet gegen Ende des Jahres statt. Er ist einmal und es soll eine ausgelassene Feier sein. In Japan soll diese Versammlung den Mitarbeitern Etwas bieten. Doch generell geht es auch hier um gutes Essen und Trinken.


Die Bounenkai-Tradition stammt aus dem 15. Jahrhundert. Während der Muromachi-Periode wurden erste Bounenkai-Feiern als Dank und Treffen eingeführt.


Als Einzelunternehmerin organisiere ich für mich keinen Bounenkai. Doch in unserem Aikido-Dojo organisieren wir einen. Neben den selbstgemachten Snacks und den mitgebrachten Getränken werden alle Aikidokas eine kleine Vorführung für die anwesenden Gäste machen.

Das ist die Vorführungvom letzten Jahr und einige Bilder dazu.



Samstag, 10. Dezember 2016

Trois raisons pour lesquelles l'aïkido favorise l'harmonie en vous

Depuis plus de 12 ans, l'art martial japonais fait partie de ma vie. Lorsque j'ai commencé à pratiquer l'aïkido, je ne savais pas où ce chemin me mènerait. Au tout début, l'idée principale était de connaître les gens et collègues de mon nouveau lieu de résidence.

Tout cela a été le début d'une nouvelle voie pour moi.


Le premier caractère de l'aïkido peut être interprété de différentes manières. Il est prononcé comme le mot « amour ». Cependant le caractère qui désigne « l'amour » est complètement différent.

Le « ai » du mot aïkido correspond à l'harmonie et la fusion ou la coalescence. Lors des séances d'entraînement d'une durée d'une heure et demie, nous n'avons aucune autre pensée que celle que nous sommes en train de nous entraîner. Par l'entremise de l'aïkido, le moment présent, qui est l'entraînement, retient toute notre concentration. Voilà donc la raison qui explique que le premier caractère signifie « fusionner ». Je dirige toute ma concentration sur ce que je fais. Au fil du temps, le partenaire devient de seconde importance. Il est là afin que je puisse exécuter mon mouvement. Plus je m'entraîne, plus je serai en union avec le partenaire afin de créer une unité.


Il s'agit de diriger l'énergie en soi et répartir l'aura autour de soi. Ce sentiment de redressement est celui que j'ai appris il y a plusieurs années dans l'équipe féminine de gymnastique. La posture est importante. Au dōjō, j'explique à nos étudiants que l'aïkido est un art martial gracieux.
Tasaka Sensei, un de mes professeurs du dōjō Kumano Juku, m'a dit cette année : « Répartis l'énergie autour de toi. Laisse-la jouer autour de toi et sois-en consciente. »
Bien que je n'y pense pas toujours, je sens que l'énergie circule autour de moi. Je peux la sentir par l'entremise des réactions des gens que je rencontre. Cette énergie peut se faire ressentir à différentes intensités, qu'elles soient petites ou plus prononcées.


Par l'entremise de la combinaison de ces deux éléments, je crée une grande énergie en moi. Je favorise non seulement ma confiance personnelle, mais je me retrouve. Des craintes peuvent émerger ou avoir envie de m'empêcher d'aller de l'avant. J'ai passé par tous ces niveaux et ces étapes et j'y suis parvenue par l'intermédiaire de la discipline. 
Grâce à l'entraînement de longue date, je suis devenue plus confiante et, grâce à l'attitude stable et consciente, je peux prendre toute la place qui me revient, ce qui est particulièrement important pour moi. Par le truchement de l'aïkido j'ai une meilleure concentration et mon activité cérébrale est stimulée. Parfois, après l'entraînement, je peux travailler pendant une heure ou deux.


Pour moi, l'aïkido est passé du stade de « sport » au fait de rencontrer de nouveaux collègues et finalement à une nouvelle voie. J'ai trouvé mon harmonie et si je ne peux pas faire deux entraînements par semaine, mon rythme hebdomadaire n'est pas équilibré.  Il lui manque quelque chose. 


Je m'entraîne à notre dōjō de Moutier et au dōjō KumanoJuku, au Japon.

Mittwoch, 7. Dezember 2016

3 Gründe, warum Aikido die Harmonie in dir fördert

Seit über 12 Jahren ist die japanische Kampfkunst ein Teil meines Lebens. Als ich mit Aikido anfing, hatte ich keine Ahnung, wohin mich dieser Weg führt. Die erste Idee war zu Beginn, dass ich Menschen und Kollegen an meinem neuen Wohnort kennen lerne.

Es begann ein neuer Weg zu mir.

Das erste Schriftzeichen von AIKIDO kann auf verschiedene Weise interpretiert werden. Ausgesprochen wird es wie die Liebe. Doch das Zeichen Liebe sieht komplett anders aus.

Das Ai im Aikido ist Harmonie und Zusammenfügen oder Zusammenfliessen. Während des Trainings von 1,5 Stunden hast du keine anderen Gedanken, als das, was du gerade übst. Aikido absorbiert deine volle Konzentration auf das, was du gerade aufführst. Dies erklärt, warum das erste Zeichen Zusammenführen bedeutet. Ich führe meine Konzentration auf mich, das was ich mache. Der Partner wird mit der Zeit zur Nebensache. Er ist da, damit ich meine Bewegung ausführen kann. Je länger jemand trainiert, desto mehr werde ich mit dem Partner zu einer Einheit.


Die Energie in einem selber auf sich richten und die Aura um sich verteilen. Dieses Gefühl des Aufrichtens ist, was ich vor vielen Jahren in der Mädchenriege beim Turnen lernte. Die Körperhaltung ist wichtig. Ich erkläre unseren Schülern im Dojo, dass Aikido eine graziöse Kampfkunst ist.
Tasaka Sensei, einer meiner Lehrer des Kumano Juku Dojo, sagte dieses Jahr zu mir: «Verteile die Energie um dich. Lass sie um dich herumspielen und sei dir dessen bewusst.»
Auch wenn ich nicht immer daran denke, spüre ich, dass die Energie um mich herum zu spüren ist. Das spüre ich an den Reaktionen von Menschen, denen ich begegne. Diese Energie kann einen grösser oder kleiner erscheinen lassen.



Mit der Verbindung von diesen zwei Komponenten kreiere ich eine tolle Energie in mir. Ich fördere nicht nur mein Selbstvertrauen, sondern ich begegne mir selber. Ängste können auftauchen oder wollen einen hindern vorwärts zu kommen. Durch diese Ebenen ging auch ich und das schaffte ich dank der Disziplin.
Dank dem langjährigen Training bin ich selbstsicherer geworden und kann dank der stabilen und bewussten Haltung jeden Raum für mich einnehmen. Was besonders wichtig für mich ist. Dank Aikido habe ich eine bessere Konzentration und meine Hirntätigkeit ist angeregt. Manchmal kann ich nach dem Training für 1 bis 2 Stunden arbeiten.


Aikido wurde von einem «Sport», um neue Kollegen zu finden, zu einem Weg zu mir. Ich habe meine Harmonie gefunden und wenn ich keine zwei Trainings pro Woche machen kann, fehlt mir etwas in meinem Wochenrhythmus.


Ich trainiere in unserem Dojo in Moutier und in Japan im Kumano Juku Dojo.


Samstag, 3. Dezember 2016

Quelles traditions respectez-vous ?

Depuis le milieu du 19ème siècle, un marché aux oignons a lieu à Berne le quatrième lundi de novembre. Ce marché est un vestige de la tradition de la Saint-Martin qui a lieu le 11 novembre.

Le marché aux oignons attire de nombreux visiteurs et est devenu une tradition à Berne. Ma sœur travaille à la boulangerie Bread à Porter. A Berne et dans les communautés avoisinantes, on mange du fromage et, bien entendu, de la tarte à l'oignon cette journée-là. En plus de deux magasins, le Bread à Porter avait deux stands au marché, où on y vendait du fromage et de la tarte à l'oignon. J'ai aidé à un de ces stands pour la troisième fois. Ce fut une journée intense avec de nombreuses rencontres. De retour à la maison, je me suis fait couler un bain chaud immédiatement. En pensée, j'étais au Japon et je me prélassais dans un onsen.

Au Japon, ainsi bien qu'en Suisse, les traditions sont importantes. En outre, il y a des traditions dans chaque famille. Par exemple, nous avons coutume de toujours peindre des œufs de Pâques le Vendredi saint ou de faire des biscuits de Noël à la mi-décembre.

Cependant, contrairement à nous, dans les lycées japonais, en plus d'un sport, on choisit une tradition japonaise. C'est ainsi qu'une fois, j'ai pu faire un entraînement d'aïkido avec des lycéens alors qu'ils le pratiquaient dans le cadre des sports scolaires. Bien que les jeunes apprennent tous l'anglais à l'école, tout s'est uniquement déroulé en japonais. Ce fut une heure amusante et à la fin, ils ont fait une petite démonstration pour nous.


En Suisse, les clubs ont une longue tradition. Il peut s'agir d'un club sportif ou d'une société de musique. En Suisse, les clubs ont de la difficulté à assurer la pérennité. Les jeunes sont actifs pendant qu'ils fréquentent l'école, mais pour ce qui est de la formation, les clubs ne sont pas importants. Bien que nous soyons plus actifs à l'heure actuelle que nous ne l'étions il y a 20 ou 30 ans, les équipes sont importantes. Nous y rencontrons non seulement des gens qui ont les mêmes intérêts, mais il s'agit également d'un réseau. Les réseaux sont très importants de nos jours pour nos vies personnelles et professionnelles.



Par l'entremise de ce petit tableau, je souhaite vous montrer quelques faits au sujet de l'âge des traditions japonaises.

Arts martiaux
Description
Âge

Le sumo
Un art martial japonais
720 ans avant J.-C.

Le naginata do
Un art de combat
7e siècle avant J.-C.
Canne blanche de 2,12 mètres
Le kyudo
Le tir à l'arc japonais
16e siècle

Liaïdo
L'art de dégainer
16e siècle

Le jiu-jitsu
Un art d'auto-défense calme/non-violent
17e siècle

Le kendo
L'art du sabre/de l'épée
19e siècle

Le karaté do
L'art de la main libre
19e siècle
Vient de la Chine, à Okinawa
Le judo
Un art plus flexible et calme/non-violent
20e siècle

L'aïkido
L'art de l'harmonie et de l'énergie
L'art de l'énergie vitale
20e siècle





L'ikebana
Les fleurs vivantes ou le kado = l'art des fleurs
6e siècle

La cérémonie de thé chado ou sado
L'art du thé
11e siècle


En Suisse, les disciplines sportives de la lutte, du hornuss, du lancer de la pierre et du palet sont connus comme étant des sports traditionnels. 


La lutte
Anneaux dans des sciures de bois
13e siècle

Le hornuss
Jeu dominical
17e siècle

Le lancer de la pierre

13e siècle

Le palet
Cible d'argile
13e siècle


En raison de son emplacement, la Suisse a moins d'arts ou de sports traditionnels. Dans le cas de certains d'entre eux, on ne peut trouver l'origine exacte puisqu'aucune note historique n'est disponible.


Personnellement, je trouve que les traditions et les rituels sont importants. Ils nous procurent un certain réconfort. Néanmoins, nous ne devons pas oublier que les traditions changent au fil du temps et se développent. C'est ainsi que de nouvelles traditions naissent et que de vieilles traditions tombent dans l'oubli.

Pour moi, c'est devenu une tradition de décorer ma maison pendant l'avent. Je me réjouis à la venue de Noël et je vous présente mon offre exclusive de Noël :