Samstag, 30. Juli 2016

7 différences quant au tri des déchets

  • Le compost
  • Le papier
  • Le PET
  • Le plastique (en général)
  • Le polystyrène
  • Les emballages TetraPak
  • Les cannettes en aluminium



Lorsque je suis allée au Japon pour la première fois il y a 10 ans, je me suis rendue compte de la complexité du tri des déchets au Japon. Lors de mon premier séjour à Shingu, j'habitais au dōjō. Cela signifie que le dōjō devait toujours être propre et que c'était également l'endroit où nous dormions et habitions et que l'espace devait toujours être nettoyé. Par-dessus tout, lorsque nous avions soudainement des invités ou, lorsque, pendant la journée, un des maîtres ou le chef du dōjō voulait passer au rez-de-chaussée (au Japon, il s'agit du deuxième étage).


Dans la cuisine, il y avait différents récipients pour le PET, le papier, le polystyrène, les emballages TetraPak, les canettes en aluminium et un pour le reste. Il était écrit quand la cueillette des déchets était faite. Par contre, la façon dont ils étaient entreposés n'était pas claire. Nous avons fait en sorte de ramener le PET, les canettes d'aluminium, le polystyrène et les emballages TetraPak à l'épicerie. Pourquoi? Parce que nous avons vu qu'il y avait de grands récipients de collecte pour ces produits. Vous vous demandez peut-être ce que nous avons fait avec les autres déchets? Nous les avons emmenés dans de petits sacs dans une petite poubelle publique, même si elle n'était pas vraiment prévue à cet effet. Il faut ajouter qu'il y a très peu de poubelles publiques au Japon. Néanmoins, il y a pour ainsi dire aucun déchet sur le sol!

Cette année-là, j'ai remarqué que le tri strict n'était pas vraiment si rigoureux. Le compost, le papier et les petits sacs de plastique sont tous disposés dans des sacs à ordures identiques.

Le sac à ordures est très différent en comparaison à son homologue de la ville de Bienne (en Suisse). Le sac n'est pas indéchirable. Il n'a pas non plus de cordon ou d'autre attache similaire afin de le fermer. En outre, le sac à ordures est identique à un sac de plastique.  




Voici une vue d'ensemble de ce qui est trié et ce qui ne l'est pas: 


Le compost: 
en Suisse - oui
au Japon - non

Le papier / les journaux: 
en Suisse - oui
au Japon - non

Le polystyrène: 
en Suisse - non
au Japon - oui

Les emballages TetraPak: 
en Suisse - en partie (puisqu'ils sont souvent recouverts à l'intérieur, n'est-ce pas)
au Japon - oui (Ils doivent être rincés!)

Le PET: 
en Suisse - oui
au Japon - oui (Ils doivent toutefois être rincés et les étiquettes de plastique doivent être enlevées.)

Les cannettes d'aluminium: 
en Suisse - oui
au Japon - oui

Le plastique (en général): 
en Suisse - non
au Japon - en partie (s'il s'agit d'un contenant, il fait parti de la collecte)


Que remarquez-vous? C'est complexe et différent bien qu'identique.


J'ai fait le choix de ne pas écrire au sujet du verre ou des boîtes de conserve. Il y a du verre en petites quantités, et je n'ai jamais utilisé de boîtes de conserve.  Je n'en ai jamais vu non plus.

À Shingu, la collecte des déchets est effectuée deux fois par semaine tandis que deux fois par mois, il y a une journée de recyclage lors de laquelle les récipients de plastique, le verre et les boîtes de conserve font partie de la collecte.


Nous apportons nos
bouteilles en PET, le polystyrène et les emballages TetraPak quotidiennement au supermarché.


Le tri des déchets est important, pour nous aussi. Il faut reconnaître que le tri adéquat s'avère important pour la conservation de notre nature. En Suisse, sur mon chemin, je ramasse souvent des déchets qui jonchent sur le sol.