Freitag, 21. Oktober 2016

Qu'est-ce que le mot-clic #TolléenSuisse a à voir avec le Japon ?

Par l'entremise de ce # signifiant, ce sujet fait l'objet d'une initiative lancée sur Twitter, initiative qui a maintenant atteint Facebook. Dimanche, j'ai remarqué que la presse dominicale en faisait état.

Personnellement, je n'ai jamais traversé l'expérience d'attouchements contre ma volonté. En revanche, je pouvais déjà me défendre comme adolescente. Une fois, à l'école, j'ai donné un coup de pied dans les organes génitaux d'un jeune du même âge que moi, et une autre fois, j'ai donné une gifle à un camarade de classe de sorte que l'empreinte de ma main était visible sur son visage.
Lors de ma deuxième année de formation comme cuisinière, je revenais à la maison en prenant le dernier ou l'avant-dernier train et je me rendais à la gare à vélo.  J'avais ensuite une marche de 20 minutes à faire pour me rendre à la maison.  Je marchais toujours rapidement.  Je n'ai jamais eu aucun problème. Aujourd'hui, j'attribue cela à l'aura d'assurance que je dégageais. 

L'assurance commence très tôt. Elle peut déjà se former dès l'enfance en transmettant de l'encouragement et des pensées positives.  Accepter le « non » et connaître ses propres limites et la façon dont elles se présentent. Ceci est très important et une femme peut l'apprendre de ses parents et non en 10 leçons dans un cours d'auto-défense.

Franchement, je ne sais pas non plus ce que je ferais dans une situation difficile étant donné mes 12 années d'expérience en aïkido. Peut-être crier d'abord, ou peut-être utiliser une technique d'aïkido de sorte que l'autre personne soit hors combat. Maintenant, si je rentre à la maison tard en train, j'ai mon trousseau de clés dans la main. Je pourrais le lancer au visage de l'agresseur lors d'une situation délicate. Tout cela c'est de la théorie puisque je n'ai JAMAIS vécu une telle situation.

Les coups sont une chose. Mais je crois que les attaques verbales sont bien pires puisque celles-ci s'enfoncent dans les pensées et blessent davantage.


Il y a plusieurs années je me suis séparée d'un ami. Il ne voulait pas accepter la séparation et me suivait au travail. Heureusement, j'étais en vélo alors qu'il était en voiture. J'essayais de ne pas le regarder et je me rendais à la gare de manière déterminée. Quand j'étais à la gare, je pensais, maintenant il a dû abandonner, puisque j'avais été en mesure de prendre un raccourci et il y avait un bon trafic. Mais ensuite, il se tenait là. Menaçant et essayant de me persuader. Il voulait que je monte dans sa voiture. J'ai crié. Les gens ont regardé. Un homme a voulu venir à ma rescousse alors que le train venait d'arriver et je m'y suis engouffrée. Je m'étais débarrassée de lui mais je tremblais de tout mon corps. Je ne me souviens plus de ce que j'ai fait par la suite. Je me sentais tout simplement reconnaissante d'être dans le train et que cet ex ne pouvait plus me poursuivre. La dernière chose que je lui ai dite est que s'il faisait cela à nouveau, j'irais à la police. Il s'est déjà passé un bon moment depuis.

Samedi soir, « Das Wort zum Sonntag » est diffusé sur SRF1. Hier, le pasteur de ma confirmation a commenté ce mot en allemand. Cela m'a beaucoup touchée et m'a rappelé cette expérience.


Nous avons tous nos propres expériences, mais il faut garder à l'esprit que les femmes peuvent s'unir. Il y a toujours deux facettes d'une même réalité.

Mais ce n'est JAMAIS la faute de la VICTIME, et cela vaut pour les deux sexes.

Vous vous demandez pourquoi je traite de la question dans mon texte d’aujourd’hui ? 
C'est qu'aujourd'hui, je vais vous montrer les différences reliées aux femmes dans la société japonaise. Premièrement, parlons de quelques chiffres :

Sujet
Au Japon
En Suisse
Aller à l'école
1868
Dès 1750 – avant, selon la région
Premier magazine féminin
1911 – Seitõ (bas-bleuisme)
1938 – Annabelle a traité de sujets uniquement dès 1980
Cours d'entretien ménager à l'école
1945 – après la guerre, pour les deux sexes;
10 ans après la fin de l'occupation par les États-Unis, uniquement pour les filles  
1895 – pour les filles

Dès 1985 – également pour les garçons
Mouvement des femmes
Dès 1970
Dès 1945

Par l'entremise de cette mini-présentation, je souhaite vous donner quelques notes historiques au sujet du chemin parcouru par les femmes. Les différences sont parfois très grandes, par contre la Suisse n'était pas toujours en avance sur le Japon. Par le truchement de ces différences, il appert clair que le Japon, en tant qu'état insulaire, n'a pas été exposé à des influences de d'autres pays. Tout a été déterminé par les hommes. De nos jours, le Japon ne diffère pas de la Suisse à cet égard. La politique est déterminée par de nombreux hommes d'un âge avancé. Par contre, il y a là aussi des changements. Depuis cette année, la ville de Tokyo est gouvernée par une femme.

L'égalité des femmes au Japon tient aujourd'hui la 101e place, alors que la Suisse est en 8ème position. Cette différence démontre qu'il y a encore beaucoup à faire au Japon. Il n'y a pas de places de garde et les postes à temps partiel, qui le sont vraiment, sont totalement absents. Les employés à temps partiel travaillent tout de même à 100% et leur salaire est cependant extrêmement bas. La philosophie du travail, tant pour les femmes que pour les hommes, doit changer au Japon !

Selon les observations que j'ai faites lors de mes voyages au Japon, l'image des femmes est la suivante :
  • lorsque qu'elle rient, elles se mettent la main devant la bouche;
  • elles sont responsables des travaux ménagers et des soins prodigués aux enfants;
  • les femmes qui travaillent à l'extérieur du foyer sont étudiantes ou des femmes dont les enfants sont déjà adultes;
  • une femme qui poursuit une carrière n'a pas d'enfants et n'est généralement pas mariée.


De nos jours, les conjoints se rencontrent d'égal à égal et se marient par amour. Mais ce n'était toutefois pas le cas pendant de nombreux siècles. Les femmes devaient rester à la maison et n'étaient pas autorisées à sortir de la maison. Souvent, l'homme entretenait une liaison amoureuse tout en ayant une femme qui lui était assignée, et ils vivaient tous sous le même toit, selon le statut de la famille. La vie d'une femme et celle d'une fille ne valait rien. Si une femme avait un contact visuel avec un autre homme, elle pouvait être tuée, sans aucun jugement, par son propre mari.
Les femmes devaient non seulement marcher un pas derrière l'homme, mais elles devaient également manger après les hommes, dans la mesure où il restait quelque chose.
Le statut des femmes a commencé à changer lentement lorsque des navires marchands étrangers ont forcé l'ouverture du Japon.


Aujourd'hui encore, les femmes japonaises ont des problèmes avec des attouchements indécents. Ceux-ci ont lieu si le train ou le métro est plein aux heures de pointe. Pour contrer cela, dans les grandes villes, il y a des wagons qui sont réservés exclusivement aux femmes à des moments précis. Les problèmes ne sont toutefois pas résolus. Il y a encore des agressions. Le problème des trains surpeuplés est que le coupable est difficile à identifier. Que faire si le mauvais individu est accusé ? Cela ne va pas de pair avec la philosophie japonaise.


Dans certains guides de voyage, on peut y lire qu'un couple ne devrait pas démontrer son amour en public. Mon mari et moi nous promenons toujours main dans la main et nous allons faire les achats ensemble. Nous avons déjà attiré de nombreux regards curieux, surtout lorsqu'il portait les sacs lourds. Nous nous sommes déjà embrassés ou nous sommes donnés un baiser lorsque la situation ou l'environnement s'y prêtait. 
Aujourd'hui, les couples se donnent la main. Cette année, j'ai même vu un couple de personnes âgées qui se donnaient la main.



En revanche, encore aujourd'hui, les hommes et les femmes se rassemblent séparément, exception faite lors d'un événement sportif ou d'un autre évènement semblable. Lorsque nous étions à Miyajima en 2011, mon mari portait un T-shirt des Jeux olympiques suisses. Un japonais lui a parlé et voulait uniquement lui parler, pas à moi, bien que je comprenais ce que l'homme voulait et que j'ai pu l'expliquer à mon mari. C'est ainsi qu'il a été en mesure de lui répondre.

La société japonaise, y compris ses règles et ses traditions, est intéressante, compliquée et parfois incompréhensible. Ils vivent une vie moderne, entourés de nombreux gadgets électroniques, mais les nombreuses traditions causent des problèmes au quotidien et au niveau de l'égalité. Comme nous, ils doivent apprendre que les deux vont de pair afin de ne pas perdre les traditions.